POUIC ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Smile it imitates those who wish to destroy you »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Dominant
Dominant
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 338
Date d'inscription : 17/07/2013
MessageSujet: « Smile it imitates those who wish to destroy you » Jeu 18 Juil - 17:01





Keira Wayne



« Smile it imitates those who wish to destroy you »
 



    Prénoms : Keira
    Nom : Wayne
    Âge : 17 ans
    Sexe : ♀
    Rang (élève, prof...): Elève
    Daemon ou Hunter ? : Daemon
    Orientation Sexuelle : Hétéro
    Origines : Anglaise
    Autre : //





It'syour world ~

Physique




Comment suis-je, me demander vous ? Je me demande quelle description pourrais-je vous faire. Mon visage se dessine en fonction des mes émotions, de la personne qui le regarde, de l’amour que je lui porte, de la colère qu’il m’engendre.
Le noir de ma chevelure se transforme en un rouge bordeaux dès lors que le soleil est à son zénith. Pour tout vous dire la seule chose qui ne change jamais chez moi est la couleur des mes yeux. D’un bleu azur, ils présentent de légers reflets dragées, les éclairant d’une légère lueur. Malgré un caractère fourbe et manipulateur dont je vous ferais part dans mes prochaines lignes, il révèle une certaine douceur, les rendant inexorables.
J’ai toujours essayé d’adapter mon style vestimentaire aux époques que je traverse. Mon époque préférée fut celle où les dames devaient aborder de longues robes dentelées, habillé d’une coiffe du même goût, quelque fois accompagné d’une ombrelle aux motifs simples et élégants en cas de quelques rayons de soleil.
Pour en revenir à  l’époque d’aujourd’hui, j’aime, contre toute attente, la simplicité des vêtements. Habillée d’un slim bleu marine l’hiver, ou d’un short de même couleur l’été, ainsi qu’un tee-shirt  dont la manche courte tombe sur l’épaule, j’aime respecter la mode du temps auquel j’appartiens.


Mental





Je ne suis personne, je suis tous le monde, je suis sombre à moins que je ne sois joyeuse, je suis renfermé ou peut-être sociable, qui sait combien de mots peuvent me qualifiés. Dix ? Vingt ? Il se pourrait qu’il y en ait une centaine. Je suis celle que tu veux que je sois, celle qui te comprend mais qui, elle, est incomprise, je suis ta meilleure amie, ta pire ennemie, une inconnue, une de tes conquête, quoiqu’il en soit ne me fait pas confiance car tu ne me connais pas. Mon visage change devant la personne qui le regarde.
Je te manipule mais tu ne t’en rends pas compte, je te soustrais tes secrets sans que tu n’obtiennes rien de moi. Pour toi, seule mon présent existe. Mon passé, tu n’en as pas connaissance, mon futur encore moins, bien que moi non plus. Je vis le jour le jour, ne me pose pas de questions qui ne feront que m’embrouiller plus.
De cette manière j’obtiens ce que je veux. Mais il faut que tu saches quelque chose à mon propos. Je fais toujours en sorte que la trahison n’entre pas dans mon jeu, je la contourne, la dévie ou dans les extrêmes fait en sorte que tu ne la remarque pas.
De la sorte, j’obtiens ta confiance sans la perdre. Et oui je l’ai dit je suis fourbe, manipulatrice et dans certains cas sans pitié.
Un dernier point à mon sujet qui pourrait être intéressant, je déteste la solitude.


Histoire





Dimanche 17 mars. 18h00
La tempête qui continuait inlassablement rendait mes pas pressés. Par habitude, je me suis tournée vers le reflet d’une vitrine. Mes cheveux noire, déjà si lisse de nature, étaient maintenant plaqué contre mon visage assombri par l’obscurité des lieux. A l’inverse, mes yeux couleurs bleu ciel au reflet dragée, illuminait mon portrait, attirant inexorablement l’attention. Lorsqu’un sourire venait s’y ajouté, ce contraste offrait une certaine douceur.
L’orage s’intensifia, zébrant maintenant le ciel d’éclairs à la résonance assourdissante. Tête baissée, je me suis précipitée vers le portail clôturant ma maison. D’un agile coup de main, j’en ai déverrouillée la porte, et me suis hâtée à l’intérieur. Un rapide regard vers la cheminée, m’appris qu’il n’y avait plus de bois. Par la fenêtre, je pouvais observer le temps se dégradant, mais la froideur de cette immense demeure m’a convaincu de sortir prendre le bois sous le porche. Trop presser ce matin, j’avais oublié de prendre le parapluie, poser pourtant juste à côté de la porte d’entrée, sur un banc en bois de noyer noire. Je pris le temps, cette fois, de m’armé de celui-ci avant de sortir. Encore enveloppé d’un manteau noir descendant jusqu’aux genoux, j’avais remonté le col jusqu’au menton.
Je m’étais précipité sous le proche lorsqu’une certaine nostalgie bloqua mes pas. Les yeux levés, j’observais une dernière fois ce paysage pluvieux et pourtant si habituel. Demain une nouvelle école m’ouvrira ses portes.

Lundi 18 mars. 14h00
Dernière valise descendu, j’attendis impatiemment sur le canapé enveloppé d’un sombre tissu rouge. Presser était le mot le plus approprié pour décrire ce que je ressentais. Oui, j’étais pressé de quitter cette immense maison trop vide à mon goût. J’attendais, encore et toujours, ma jambe s’agitant inutilement, lorsque la sonnerie retentit enfin. D’un pas aussi rapide qu’un coup de vent, je vins ouvrir à mon sauveur. Le type, qui est au passage mon chauffeur, me salua poliment avant de me demander où étaient mes bagages. L’homme, une trentaine d’année, possédait des cheveux mi-longs bruns, ainsi que des noisettes. Il était habillé d’un veston noir et d’un tee-shirt blanc. Basique quoique mignon mais trop vieux, malgré des airs jeunes trompeurs. Je lui avais indiqué le salon dans lequel il vint attraper les affaires de toute vie avant de les enfermer dans le coffre de sa voiture.
Trois heures de routes pendant lesquels, musique aux oreilles, je restai oisive la tête plaqué contre la vitre. La ville, la campagne, les villages, toutes sortes de paysages défila jusqu’à arrivé à celui que j’attendais. Une espèce d’immense manoir abritant toute les espèces connu sur cette terre. Je descendis de la voiture, le chauffeur m’amena mes valises pour repartir quelques minutes plus tard. Une nouvelle vie pouvait commencer.  




Râce / Type d'Arme




Vous l’aurez sans doute compris je suis un vampire. Evitez les préjuger s’il vous plait, je supporte très bien l’ail et  l’eau bénite. Malgré tout je crains quelque peu le soleil sans que celui-ci ne soit fatal pour moi. Il y a bien, par contre, quelque chose que vous connaissez bien chez les vampires, il s’agit de la soif de sang. J’ai, par malheur, beaucoup de difficulté à me contrôler.  Gare à vous, cela dois faire partie des choses avec lesquelles je n’ai aucune pitié.  En ce qui me concerne, mon agilité à été grandement amélioré depuis ma transformation. Une faculté que j’apprécie beaucoup et dont je profite au maximum. Deux de mes sens ont également progressés. Il s’agit du l’ouïe ainsi que de ma vue. J’en use également beaucoup, par exemple il n’est pas rare que j’écoute quelques brides de conversation ou que je vérifie les actions d’une personne de loin. Pour finir, j'ai hériter de ma mère, une lame, plus précisément d'un poignard, dont je ne me sépare jamais.

Hé ! Oui, toi, derrière l'écran !



    Date de Naissance : 15/10/98
    Vrai Prénom (facultatif) : Niark niark vous saurez pas !
    Age :  Z’avez cas calculer, flemmards !
    Comment as-tu découvert le forum ? : Par Kiba ! ♥
    Comment le trouves-tu ? : Beau  ! *-* Et actif. ~
    Code du règlement : [ L'activité est synonyme de congolexicalisation des lois du marché ]
     



© Daemon Academy

avatar
Dominant
Dominant
Voir le profil de l'utilisateur http://daemon-academy.activebb.net
Messages : 2684
Date d'inscription : 15/08/2012
Age : 18
Localisation : Dans le pré, en train de brouter de la pelouse ~
MessageSujet: Re: « Smile it imitates those who wish to destroy you » Jeu 18 Juil - 17:06

Belle prez', tout est okey, je valide ~

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Joaquim Snow  speak in Black
Shiki Oniyama speak in Firebrick
Aaron Anderson speak in MediumOrchid
Sköol Harawën speak in MediumSeaGreen
Shade Deyrathen speak in DarkSlateGray

« Smile it imitates those who wish to destroy you »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why do you smile all the time ? (RP libre : 1,2,3 personnes ?)
» I'll make you smile ! w/ Bak Yul
» ♣ Enjoy life and smile ♣
» Smile(y) me back!
» Léo ∆ I will show another me, I'll tell them what the smile on my face meant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon Academy :: Administration ~ :: Papiers d'Inscriptions :: Présentation Validée :: Elèves-